Communiqué de presse contre la répression du mouvement dans l’éducation nationale

Communiqué de presse contre la répression du mouvement dans l’éducation nationale

Transmis par SUD 31-65

Toulouse le 17 juin 2019,
Depuis le 14 mai, à Toulouse, des personnels de l’éducation sont en grève pour s’opposer aux attaques du ministre Jean-Michel Blanquer contre l’école publique. De multiples actions ont été menées durant cette période de lutte. Les personnels mobilisés font face à des répressions policière, judiciaire (gazages, matraquages, interpellations, gardes à vue, convocation devant le tribunal), administrative (menaces de non renouvellement de contrats envers des personnels précaires) et syndicale.

Plusieurs personnes, identifiées comme étant actives dans le mouvement, subissent des pressions de la hiérarchie :
– Au collège Lamartine, toute la vie scolaire (9 Assistant.es d’Éducation) subit oralement des menaces de non renouvellement de leur contrat pour fait de grève.
– Au collège de Jolimont, une enseignante contractuelle de lettres classiques en grève, fait l’objet d’un avis défavorable de sa cheffe d’établissement quant au renouvellement de sa candidature dans l’académie pour l’an prochain. Motif : la grève !
– Dans une école du quartier de la Reynerie, située en REP+, la hiérarchie a nommé d’office une directrice venant d’une autre école en lieu et place de l’adjointe choisie par l’équipe. Pratique inédite jusqu’à présent !
– Un directeur d’une autre école a reçu un courrier de menaces de la part de la hiérarchie pour avoir transmis à son équipe des informations critiques au sujet des réformes Blanquer.
– Une directrice a reçu un appel du rectorat alors que son école (fermée pour grève) accueillait une assemblée générale de personnels grévistes, ce qui n’est en aucun cas illégal.

Pendant ce temps le ministre occupe la scène médiatique, nie le mouvement de grève, cautionne cette répression sans précédent. Ces atteintes aux droits constitutionnels sont d’autant plus inquiétantes quand on constate la précarisation et la contractualisation qui a cours dans l’Éducation Nationale. Toute contestation devient risquée pour les personnels en contrats précaires, qui seront de plus en plus nombreux suite aux réformes Blanquer et de la fonction publique.
Il est impensable pour SUD éducation d’accepter que le service public fonctionne en usant de pressions sur ses personnels.

SUD Education 31-65 dénonce fermement ces cas de répression contre des personnels, syndiqué.es ou non syndiqué.es, mobilisé.es contre les réformes Blanquer et pour la défense du service public d’éducation. Notre organisation syndicale s’oppose à cette volonté de faire taire toute contestation dans l’Education et soutiendra tous les personnels menacé.es de sanctions ou réprimé.es sous quelque forme que ce soit !

Laisser un commentaire